Les énigmes de Mercure



Florilège thématique et bibliographie :
Note liminaire   |   L'énigme galante   |   Objets et gestes quotidiens   |   Sciences et philosophie
Vie culturelle et littéraire   |   Politique   |   Réflexivité   |   Expérimentations formelles
Bibliographie




      

Note liminaire

Les énigmes, logogriphes et charades qui composent ce florilège forment sept collections thématiques de vingt textes chacune. Aucune n'est exhaustive. Plutôt que la valeur esthétique des textes, nous privilégions leur complémentarité pour donner un meilleur aperçu de la thématique concernée. Cliquez à l'intérieur du cadre pour afficher chaque collection.

Vous trouverez également sur cette page une bibliographie relative aux jeux littéraires dans la presse d'Ancien Régime.




      

L'énigme galante

En 1677, l'énigme naît au journalisme sous le signe de la galanterie, entendue comme un art de vivre en société, d'aimer, d'interagir, de converser et d'écrire (Denis 2001). Aussi apparaît-elle comme un genre mondain, empreint d'oralité et manifestant une rhétorique de la séduction qui accorde une place centrale aux figures féminines. Dans sa dimension galante, l'énigme se conçoit également comme une pratique coopérative qui appelle une explication de la part du joueur, qui mobilise des références culturelles partagées tout en fuyant l'érudition et qui privilégie l'amusement, la surprise, la contrainte formelle, l'ingéniosité (Veret-Basty 2018).

Les textes rassemblés ici déclinent quelques-uns de ces aspects, non seulement au temps du Mercure galant (1672-1710) de Donneau de Visé, mais aussi plus tard au XVIIIe siècle. Ils incluent la toute première énigme publiée dans le périodique sur la lettre r (abstraction faite d'une prophétie en vers, insérée dans un récit en 1673) et une des douze énigmes placées dans un labyrinthe végétal, à l'occasion de la fête de Chantilly, organisée en août 1688 en l'honneur du dauphin.




      

Objets et gestes quotidiens

Depuis Cotin (1638), les auteurs d'énigmes sont invités à composer leurs textes sur des réalités connues de tous, qui ne choquent pas les mœurs et la religion, même si cette règle est parfois transgressée. De la tabatière à la cheminée et de la perruque à l'épingle, les objets de la vie quotidienne se prêtent efficacement à l'exercice. L'énigme, le logogriphe et la charade donnent la parole à ces objets qui, dans les textes, se décrivent eux-mêmes à la première personne. Comme les poésies rassemblées ici le suggèrent, les genres ludiques déploient tout un imaginaire autour des objets les plus banals et de leurs usages. Ces représentations ont l'intérêt d'évoluer au fil du temps, comme on peut le constater dans une sélection d'énigmes sur la montre. À côté des objets, l'énigme analyse parfois les gestes quotidiens, tels l'éternuement et la toilette.

Tous les objets n'ont pas une valeur égale aux yeux des auteurs d'énigmes. Ceux-ci privilégient les artéfacts qui subissent une métamorphose (comme la plume), qui appellent des descriptions paradoxales (la cloche) ou qui offrent l'occasion d'écrire des devinettes facétieuses (la seringue des lavements). Les auteurs de logogriphes apprécient par ailleurs les mots qui leur offrent de nombreuses anagrammes, comme orange ou livre.




      

Sciences et philosophie

« Il semble, écrit Cotin au XVIIe siècle, qu'un Enigmatiste soit Poëte et Philosophe tout ensemble, et qu'il ait seul trouvé le secret de plaire et d'instruire que tant d'autres ont cherché inutilement. » (Cotin 2003, p. 31). L'énigme, de même que l'emblème, est alors perçue comme un genre propre à exprimer des vérités, notamment religieuses et morales. Cette pratique reste longtemps enseignée dans les collèges jésuites où elle concourt à la formation rhétorique et poétique des élèves. Si l'énigme favorise les facultés de composition et d'interprétation des textes, accompagne-t-elle aussi le développement de la pensée rationnelle aux XVIIe et XVIIIe siècles ?

Difficile d'en juger. Du côté des partisans des genres énigmatiques, ces jeux exercent la perspicacité du lecteur en stimulant sa curiosité. Ils impliquent l'effort intellectuel d'analyser et de combiner les indices, d'échafauder des hypothèses et de les confronter, de déjouer les apparences et de percer l'obscurité du texte. Dans cette perspective, la résolution d'une énigme forme une démarche heuristique récompensée par un plaisir esthétique : le joueur progresse de l'ignorance vers la connaissance et il goûte aux joies de la difficulté vaincue quand la poésie s'éclaire soudain, à la lumière de la réponse. Du côté des détracteurs, au contraire, rien de plus vain que ces problèmes artificiels qui mobilisent le bel esprit plutôt que la saine raison, et qui évoquent l'ancien art des oracles ou des devins, plutôt que l'attitude critique du philosophe.

Quoi qu'il en soit, énigmes, logogriphes et charades dialoguent avec les sciences, les arts et la philosophie. Au siècle des Lumières, ces genres peuvent contribuer à la promotion de la rationalité. Tantôt, ils établissent un jeu de miroir entre l'étude de la nature humaine et la résolution d'une énigme. Tantôt, ils abordent les progrès des connaissances et de la raison en tant que phénomènes caractéristiques de la modernité. À d'autres occasions, ils explorent sur un ton enjoué les paradoxes du point mathématique ou de l'ordre encyclopédique. En tant qu'écriture codée (Couton 1990), la poésie énigmatique commente aussi volontiers des pseudo-sciences pétries de mystère, comme l'alchimie ou le magnétisme, fût-ce pour en refouler certaines dans le domaine de la superstition.




      

Vie culturelle et littéraire

Une particularité des jeux poétiques – exacerbée par la publication dans un journal – est leur promptitude à commenter l'actualité. Énigmes, charades et logogriphes manifestent ainsi leur appartenance à la catégorie des poésies fugitives, motivées par la circonstance et inscrites dans l'éphémère (Masson 2002). L'actualité dont traitent ces textes est tantôt politique (voir ci-dessous), tantôt culturelle et littéraire. Un conte de Perrault (Peau d'âne), une tragédie de Voltaire (Zaïre), un poème de Saint-Lambert (Les Saisons), une comédie de Beaumarchais (Le Mariage de Figaro) peuvent tour à tour devenir le sujet d'une énigme louangeuse ou satirique. Quelquefois, la devinette contribue à la promotion d'un livre : les charades de l'abbé Semillard des Ovillers sont signées « Par l'auteur du Manuel des Oisifs » avec, à plusieurs reprises, l'adresse du libraire qui écoule l'ouvrage à Paris.

Publier des énigmes sur les acteurs de la vie culturelle ou sur les productions littéraires du moment implique que les œuvres et les personnes concernées aient une renommée suffisante, non seulement à Paris, mais aussi en province, pour que le public du Mercure les identifie à partir de quelques traits saillants (les indices). En 1739, c'est un homme d'Angers qui compose un logogriphe sur Barbara Campanini, danseuse fraîchement arrivée dans la capitale. De même, en 1784, c'est un homme de Niort qui versifie une charade sur Madame Dugazon, comédienne à l'Opéra-Comique. Si le périodique exerce sur son vaste lectorat une forme d'intégration culturelle parisienne, la poésie ludique y contribue parfois.




      

Politique

Le Mercure galant, dédié au dauphin, et le Mercure de France, dédié au roi, forment pendant plus de cent ans un périodique quasi officiel de la monarchie française. Cette publication dispose d'un privilège royal et, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle distribue de nombreuses pensions accordées par l'État à des hommes de lettres. Autant dire que le discours politique n'y est jamais frondeur. La politique n'en est pas moins présente et elle s'immisce dans les jeux littéraires selon différentes modalités. À la manière d'une fable, les textes énigmatiques illustrent des modèles économiques et politiques (énigmes sur le miel et les abeilles). Ancrés dans l'actualité, ils gourmandent la Corse républicaine (logogriphe sur la Sardaigne) ou vantent la domination militaire des Français sur les Anglais (au détour d'une énigme sur la mort, pendant la guerre de Sept Ans). Ils célèbrent un monarque étranger, Christian VII de Danemark, après sa visite de 1768 sous l'œil attentif des philosophes. Ils prennent des accents rousseauistes pour déplorer l'indigence ou la pauvreté. Ils regrettent la décadence des républiques ou participent à l'effort de légitimation du système monarchique.

Toutefois, ce sont l'ouverture des États généraux de 1789 et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui libèrent un temps la parole politique dans la poésie du Mercure. Le constat est frappant chez les auteurs d'énigmes, de logogriphes et de charades. Au début de la période révolutionnaire, les textes font preuve d'un engagement souvent véhément, quelles que soient les positions défendues. Les uns soutiennent le tiers état, les autres chantent les louanges du roi, attaquent frontalement le clergé ou l'aristocratie. Des poètes couronnent la liberté et la Révolution. Plus tard, ils présentent l'émigrant comme un être contradictoire ou, plus grossiers, décrient le général de Brunswick. L'énigme, le logogriphe et surtout la charade – incisive et brève – révèlent ici les rapports qu'ils entretiennent avec l'épigramme. Ces genres mobilisent un art de la pointe d'autant plus efficace que les devinettes ne dévoilent tout leur piquant qu'après résolution.




      

Réflexivité

Les mots énigme et logogriphe comptent parmi les réponses les plus fréquentes des jeux littéraires du Mercure. Quoique les énigmes et en particulier les logogriphes soient absents des grandes poétiques des XVIIe et XVIIIe siècles, leur propension à l'autoréférentialité contribue à faire d'eux des petits genres autonomes, avec une esthétique et des fonctions déterminées. Autonomes, mais paradoxaux. Si l'énigme et le logogriphe se prennent eux-mêmes pour sujets, c'est bien parce qu'ils articulent des couples de notions contradictoires : ombre et lumière, mensonge et vérité, évidence et mystère, subtilité et futilité, plaisir esthétique et torture de l'esprit. « Je suis un composé de contrarietés », résume l'abbé Pagès en février 1741, au seuil d'une énigme sur l'énigme. Cette collection de textes est d'autant plus riche qu'elle prend acte des critiques virulentes dont les genres ludiques sont la cible, à l'exemple du logogriphe de septembre 1746 composé par l'abbé Marquet.

Cependant, la réponse la plus courante des devinettes est le mot polysémique mercure, en référence au périodique. Les auteurs se plaisent à faire deviner le nom du journal qui publie leurs textes et que les lecteurs tiennent entre leurs mains. Ils lui rendent hommage et soulignent l'étrangeté de ce livre qui a différents pères, qui meurt et renaît chaque mois, qui est à fois vulgaire et charmant, un et pluriel, parisien et provincial. À côté du courrier des lecteurs (Reynaud 2014), les jeux littéraires permettent au public de formuler ses attentes en matière de journalisme.




      

Expérimentations formelles

L'énigme et le logogriphe, parfois la charade, forment des terrains d'expérimentations littéraires particulièrement féconds. Tout n'est pas permis : sauf exception (ou maladresse), les auteurs respectent les règles essentielles de la versification classique relatives aux rimes, aux mètres et à la prosodie. Cependant, à l'intérieur de ce cadre, une marge de liberté s'ouvre aux poètes. Ceux-ci coulent leurs devinettes dans une forme fixe comme le sonnet ou recourent à une versification plus proche de la fable et de la chanson, avec des mètres impairs et une hétérométrie parfois débridée. Des textes sont composés au croisement de plusieurs genres, façon de multiplier les contraintes littéraires et ludiques (par exemple, les sonnets énigmatiques en bouts rimés dont le dernier mot de chaque vers est imposé à l'auteur). Certains croisements génèrent de véritables chimères littéraires, à l'image d'un(e) étrange « Énigmogogryphe » présenté(e) comme une pièce hermaphrodite et dont la réponse n'est pas moins monstrueuse, puisqu'elle désigne le mot Constantinopolitanensibus.

Cette littérature inclut des poésies monostiques, monorimes ou entièrement construites sur des mètres inhabituels comme le trissyllabe. À l'occasion d'un logogriphe dont il reprend les mots pour les appliquer à sa propre famille, un lecteur du Mercure de France imagine même une nouvelle sorte de poème sans rime qu'il nomme « Bouts-donnez » (livraison de mai 1730, p. 942-944). Surtout, énigmes et logogriphes testent des procédés qui ne sont pas nécessairement nouveaux, mais qui sont rares et qui n'accéderont à une véritable légitimité littéraire qu'au temps d'Apollinaire (le calligramme), de Prévert (l'inventaire) et de Perec (le lipogramme). Encore plus protéiforme que l'énigme, le logogriphe dialogue volontiers avec l'arithmétique. Dans les années 1730, il désigne les lettres de ses anagrammes par des suites de chiffres arabes qui, dans la poésie, s'entremêlent aux mots pour former des vers mi-numéraux, mi-lexicaux.

Ainsi, considérés sous leur aspect ludique, les énigmes et les logogriphes ne sont pas seulement des devinettes. Ces genres cherchent dans la langue elle-même l'occasion de surprendre et de divertir. Abordée comme un jeu pourvu de règles arbitraires, plus ou moins modulables, la poésie du XVIIIe siècle s'en trouve à la fois rafraîchie et menacée, dans la mesure où son caractère artificiel et mécanique apparaît dans toute son évidence.





Bibliographie (état : 25 novembre 2020)

Corpus : le Mercure galant et le Mercure de France

Le Mercure galant, 1672-1710.
Livraisons non consultées (absentes des collections numériques) : avril 1680 ; juillet 1681, supplément ; mars 1687, deuxième partie ; juillet 1704, supplément.

Extraordinaire du Mercure galant, 1678-1685.
Livraisons non consultées : quartier de juillet 1679, t. 7 ; quartier de janvier 1682, t. 17.

Mercure galant, 1710-1714.

Nouveau Mercure galant, 1714-1716.
Livraison non consultée : septembre 1716.

Le Nouveau Mercure, 1717-1721.

Le Mercure, 1721-1723.

Mercure de France 1, 1724-1778.

Mercure de France 2, 1778-1791.

Mercure français, 1792-1799.
Livraisons non consultées : janvier 1793, no 4 ; juillet 1793, no 104 ; janvier 1794, no 1 et 2 ; mars 1794, no 11 ; avril 1794, no 14 ; juillet 1797, no 29.

Mercure de France 3, 1799.
Livraisons non consultées : 28 février 1799, no 4 ; 30 mars 1799, no 7 ; 9 avril 1799, no 8 ; 19 avril 1799, no 9 ; 7 octobre 1799, no 33 ; 12 octobre 1799, no 34.


Choix de périodiques contenant des énigmes

Actes des apôtres, 1789-1792.

Der Teutsche Merkur, 1773-1789.

Journal de la généralité de Montpellier, 1780-1791.

Journal de la langue française, 1784-1795.

Journal de Lausanne, 1786-1793.

Journal de littérature, des sciences et des arts, 1779-1783.

Journal de Nancy, 1779-1781.

Journal des dames, 1798-1799.

Journal de Vienne, 1784-1785.

Journal étranger 2, 1777.

Journal helvétique, 1738-1769.

Journal historique et littéraire, 1773-1794.

Journal littéraire de Lausanne, 1794-1798.

Journal littéraire de Nancy, 1782-1787.

La Clef du cabinet des princes, 1704-1773.

La Feuille sans titre, 1777.

La Gazette du commerce et littéraire [Gazette littéraire de Montréal], 1778-1779.

Le Magasin à la mode, 1777-1778.

Mercure suisse, 1732-1737.

Suite de la clef ou journal historique, 1717-1776.

The Bristol and Bath Magazine, 1782-1783.

The Lady's Magazine, 1770-1832.

The Stockton Bee, 1793-1795.


Choix de recueils et d'ouvrages sur l'énigme

ALLETZ Pons-Augustin (éd.), Magasin énigmatique, contenant un grand nombre d'Enigmes ingénieuses, choisies entre toutes celles qui ont paru depuis près d'un Siecle, Paris, 1767 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

BERTHELIN Pierre-Charles (éd.), Recueil d'énigmes et de quelques logogriphes. Par Mr. l'Abbé Berthelin, Paris, Antoine Boudet, 1746 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

CADET DE GASSICOURT, L'Esprit des sots passés, présens et a venir, ou traité d'élognostie, recueilli (et non composé) par l'Auteur de St-Géran, ou la Nouvelle Langue française ; et dédié à toutes les académies littéraires, Paris, s. n., 1813 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

CHAPAT (DE) Louis, La Clincaille du Parnasse. Par Mr. Louis de Chapat, Ci-devant Conseiller du Roi de Prusse, Amsterdam, Aux dépens de la Compagnie, 1777 : lien (t. 1), lien (t. 2) (consulté le 20 octobre 2020).

CHAPAT (DE) Louis, Petit Recüeil de poësies. Par Louis Chapat conseiller de cour au service de Sa Majesté le Roy de Prusse, Berlin, Jean Grynæus, 1743 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

CHAPAT (DE) Louis, Rapsodies en vers et en prose par L. CH. C. D. L. C. D.S.M.P. Premiere et derniere Edition, Berlin, G. J. Decker, 1762 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

CHAPLOT C., La Théorie et la pratique des jeux d'esprit par C. Chaplot Rédacteur en Chef de la Science en Famille et des Récréations, Paris, Ch. Mendel, s. d. : lien (consulté le 21 octobre 2020).

Choix d'énigmes, charades et logogriphes, depuis leur origine jusqu'à ce jour ; dédié aux amateurs par une société de gens de lettres, Paris, Amable Costes, 1828 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

CHRIST Johann Friedrich, Dictionnaire des monogrammes, chiffres, lettres initiales, logogryphes, rébus &c. Sous lesquels les plus célèbres Peintres, Graveurs & Dessinateurs ont dessiné leurs Noms. Traduit de l'Allemand de M. Christ, Professeur dans l'Univers. De Leipsick, & augmenté de plusieurs Supplémens. Par M**. De l'Acad. Imp. & de la Soc. Roy. de Londres, Paris, Sébastien Jorry, 1750 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

CONRART Valentin et al., [Recueil formé par Valentin Conrart], [manuscrit], Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms 5131, s. d. : lien (t. 1) (consulté le 20 octobre 2020).

COTIN Charles, Les Énigmes de ce temps [1659], Florence Vuilleumier-Laurens (éd.), Paris, Société des textes français modernes, 2003.

COTIN Charles, Recveil des enigmes de ce temps, Paris, Antoine de Sommaville, 1659 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

COTIN Charles, Recveil des énigmes de ce temps, Paris, Antoine de Sommaville, 1638.

COURT (DE) Louis, Variétez ingénieuses ou recueil et mélange de pièces sérieuses et amusantes. Par M. D. *** Academicien, Paris, Christophe David, 1725 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

DIDEROT Denis, LE ROND D'ALEMBERT Jean (dir.), L'Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers [1751-1772], ENCCRE. Édition numérique collaborative et critique de l'Encyclopédie, Paris, Académie des sciences, 2017-2020 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

FONTAINE Charles, Odes, énigmes, et épigrammes, Adressez pour etreines, au Roy, à la Royne, à Madame Marguerite, & autres Princes & Princesses de France. Par Charles Fontaine Parisien, Lyon, Iean Citoys, 1557 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

GAYOT DE PITAVAL François (éd.), Nouveau Recueil d'énigmes, Dédié à son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Conty. Nouvelle édition, Paris, Le Jay, 1776 : lien (consulté le 22 octobre 2020).

GAYOT DE PITAVAL François (éd.), Nouveau Recueil d'énigmes. Dédié à Son Altesse Serenissime Monseigneur le Prince de Conty. Nouvelle Edition corrigée & augmentée de ceux cens Enigmes, Paris, Théodore Le Gras, 1721 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

GAYOT DE PITAVAL François (éd.), Nouveau Recueil d'énigmes. Dédié à Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Conty. Nouvelle Edition corrigée & augmentée de deux cens Enigmes, Paris, Théodore Le Gras, 1741 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

GAYOT DE PITAVAL François (éd.), Recueil des énigmes les plus curieuses de ce temps. Dédié à Madame, Duchesse de Berry, Fille de France, Paris, Nicolas Legras, 1717 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

GRATET-DUPLESSIS Pierre-Alexandre, Un million d'énigmes[,] charades et logogriphes suivi d'un choix des plus jolies énigmes Italiennes, Espagnoles, Anglaises et Allemandes avec la traduction en regard. Publié par Hilaire Le Gai, Paris, Passard, 1858 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

KIRCHER Athanasius, Athanasii Kircheri e Soc. Iesv, Œdipvs Aegyptiacvs. Hoc est Vniuersalis Hieroglyphicæ Veterum Doctrinæ temporum iniuria abolitæ Instavratio. Opus ex omni Orientalium doctrina & sapientia conditum, nec non viginti diuersarum linguarum, authoritate stabilitum, Felicibus Auspicijs Ferdinandi III. Avstriaci Sapientissimi & Inuictissimi Romanorum Imperatoris semper Augusti è tenebris erutum, Atque Bono Reipublicæ Literariæ consecratum, Rome, Ex Typographia Vitalis Mascardi, 1652-1654 : lien (t. 1), lien (t. 2/1), lien (t. 2/2), lien (t. 3) (consulté le 20 octobre 2020).

LE JAY Gabriel-François, Bibliotheca rhetorum præcepta et exempla complectens, quæ tam ad oratoriam facultatem quam ad poeticam pertinent. Discipulis pariter ac magistris perutilis. Opus bipartitum. P. Gab. Franc. Le Jay, è Societate Jesu, Paris, Apud Gregorium Dupuis, 1725 : lien (t. 1), lien (t. 2) (consulté le 20 octobre 2020).

Le Petit Sphinxiana, ou recueil curieux d'énigmes, de charades et de logogriphes, Lille, Blocquel, 1813 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

Les Amusemens de société, ou Recueil de Contes, Charades, Énigmes, Logogriphes ; Par une Société de Gens de Lettres, Paris, Marchand, 1803 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

Le Sphinx, aux Œdipes présens et a venir, ou recueil choisi d'énigmes, charades et logogriphes modernes, par un sorcier, Paris, Barba, 1803 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

LUCET Jean-Claude, Correspondance générale des Œdipes, ou recueil des lettres, pièces de Vers, Anecdotes agréables, spirituelles et plaisantes, adressées à l'auteur de l'énigme du contraste, Paris, Imprimerie et Librairie Militaires, 1803 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

MARMONTEL Jean-François, Éléments de littérature [1787], Sophie Le Ménahèze (éd.), Paris, Éditions Desjonquères, 2005.

MÉNESTRIER Claude-François, La Philosophie des images énigmatiques, ou il est traité des Enigmes, Hieroglyphiques, Oracles, Propheties, Sorts, Divinations, Loteries, Talismans, Songes, Centuries de Nostradamus, De la Baguette. Par le P. Cl. François Menestrier de la Compagnie de Jesus, Lyon, Hilaire Baritel, 1694 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

NEUFCHÂTEAU (DE) François, Les Tropes ou les figures de mots, poème en quatre chants, avec des Notes, un extrait de Denys d'Halicarnasse sur les Tropes d'Homère, et des recherches sur les sources et l'influence du langage métaphorique ; dédié a la jeunesse studieuse, par M. L. C. François de Neufchateau, de l'Académie française, Paris, Delaunay, 1817 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

PERNETY Antoine-Joseph, Dictionnaire mytho-hermétique, dans lequel on trouve les Allégories Fabuleuses des Poetes, les Métaphores, les Énigmes et les Termes barbares des Philosophes Hermétiques expliqués. Par Dom Antoine-Joseph Pernety, Religieux Bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur, Paris, Bauche, 1758 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

PETITY (DE) Jean-Raymond, Le Manuel des artistes et des amateurs, ou dictionnaire historique et mythologique des Emblêmes, Allégories, Énigmes, Devises, Attributs & Symboles, relativement au Costûme, aux Mœurs, aux Usages & aux Cérémonies : Contenant tous les Caractères distinctifs & l'Explication de chaque sujet naturel ou moral, sacré ou profane, historique ou fabuleux, dont on peut faire usage dans la Poésie, la Peinture, la Sculpture, l'Architecture, le Dessein, l'Ornement & la Décoration, &c. Ouvrage utile aux Poëtes, aux Artistes & aux Amateurs des Beaux Arts. Composé en faveur des nouvelles Écoles Gratuites de Dessein : Par Messire Jean-Raymond de Petity, Prédicateur de la Reine, Prieur-Commendataire de Vieux-Vicq & d'Anqcau, Paris, J. P. Costard, 1770 : lien (t. 1), lien (t. 2), lien (t. 3), lien (t. 4) (consulté le 20 octobre 2020).

Recueil choisi de logogryphes, énigmes, et charades, Munich, François Séraph. Hübschmann, 1795 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

RELONGUE DE LA LOUPTIÈRE (DE) Jean-Charles, Poésies et œuvres diverses de Monsieur de La Louptiere, de l'Académie des Arcades, Amsterdam, Paris, Laurent Prault, 1768 : lien (t. 1), lien (t. 2) (consulté le 20 octobre 2020).

SABATIER DE CASTRES Antoine, Dictionnaire de littérature, dans lequel on traite de tout ce qui a rapport à l'Eloquence, à la Poësie & aux Belles-Lettres, & dans lequel on enseigne la marche & les Régles qu'on doit observer dans tous les Ouvrages d'esprit. Par M. l'Abbé Sabatier de Castres, Paris, Vincent, 1770.

SYLVAIN Alexandre, Cinqvante Ænigmes francoises, d'Alexandre Sylvain, avec les expositions d'icelles. Ensemble quelques Ænigmes Espagnolles dudict Autheur, & d'autres. Le tout dedié à la Royne Elisabeth Doüairiere de France, Paris, Gilles Beys, 1582 : lien (consulté le 21 octobre 2020).


Études

AUGARDE Tony, The Oxford Guide to Word Games, Oxford, New York, Oxford University Press, 1984.

BAHIER-PORTE Christelle, JOMAND-BAUDRY Régine (dir.), Écrire en mineur au XVIIIe siècle, Paris, Éditions Desjonquères, 2009.

BERCHTOLD Jacques, LUCKEN Christopher, SCHOETTKE Stefan (dir.), Désordre du jeu : poétiques ludiques, Genève, Librairie Droz, 1994.

BERCOT Martine, COLLOT Michel, SETH Catriona (éd.), Anthologie de la poésie française, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000, t. 2 (XVIIIe siècle, XIXe siècle, XXe siècle).

BERNASCONI Marcel, Histoire des énigmes [1964], Paris, Presses universitaires de France, 1970.

BERRA Aurélien, « Théorie et pratique de l'énigme en Grèce ancienne », thèse de doctorat, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2008 : lien (consulté le 25 novembre 2020).

BIKIALO Stéphane, DÜRRENMATT Jacques (dir.), L'Énigme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

BLANCO Mercedes, Les Rhétoriques de la pointe. Baltasar Gracián et le conceptisme en Europe, Paris, Honoré Champion, 1992.

BLANCO Mercedes, « Le trait d'esprit de Freud à Lacan », Savoirs et clinique, no 1, 2002, p. 75-96.

BLAUNER D. G., « The Early Literary Riddle », Folklore, vol. 78, no 1, printemps 1967, p. 49-58 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

BOMBART Mathilde, ESCOLA Marc (dir.), Lectures à clés, Littératures classiques, no 54, printemps 2005.

BOTS Hans (dir.), La Diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l'Ancien Régime. Actes du colloque international de Nimègue 3-5 juin 1987, Amsterdam, Maarssen, Holland University Press, 1988.

BOUGET Hélène, « Enquerre et deviner : poétique de l'énigme dans les romans arthuriens français (fin du XIIe-premier tiers du XIIIe siècle) », thèse de doctorat, Université Rennes 2-Haute Bretagne, 2007.

BOULERIE Florence (dir.), La médiatisation du littéraire dans l'Europe des XVIIe et XVIIIe siècles, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2013.

CAILLOIS Roger, Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige, Paris, Gallimard, 2009.

CANEL Alfred, Recherches sur les jeux d'esprit, les singularités et les bizarreries littéraires, principalement en France. Par A. Canel. Membre de la Société des bibliophiles normands, auteur du Blason populaire de la Normandie, Évreux, Auguste Hérissey, 1867 : lien (t. 1), lien (t. 2) (consulté le 20 octobre 2020).

CAUDAL Yann, LY Maguy, MASSON Nicole (éd.), Énigmes et logogriphes, Paris, Au chêne, 2009.

CENSER Jack R., The French Press in the Age of Enlightenment [1994], Londres, Routledge, 2003, p. 184-205.

CHAPLOT C., La théorie et la pratique des jeux d'esprit, Paris, Ch. Mendel, [1895] : lien (consulté le 20 octobre 2020).

CHARLES Michel, « Claude-François Ménestrier. Poétique de l'énigme. Présentation, notes et commentaire », Poétique, no 45, février 1981, p. 20-27.

COLIGNON Jean-Pierre, Guide pratique des jeux littéraires, Gembloux, Paris, Duculot, 1979.

COOK Eleanor, Against Coercion. Games poets play, Stanford, Stanford University Press, 1998.

COOK Eleanor, Enigmas and Riddles in Literature, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

COUTON Georges, Écritures codées. Essais sur l'allégorie au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1990.

CÉARD Jean, MARGOLIN Jean-Claude, Rébus de la Renaissance. Des images qui parlent, Paris, Maisonneuve, Larose, 1986.

DEKONINCK Ralph, GUIDERDONI Agnès (dir.), Emblemata sacra. Rhétorique et herméneutique du discours sacré dans la littérature en images / The Rhetoric and Hermeneutics of Illustrated Sacred Discourse, Turnhout, Brepols, 2007.

DEKONINCK Ralph, « The Jesuit Ars and Scientia Symbolica : From Richeome and Sandaeus to Masen and Ménestrier », in Wietse de Boer, Karl A. E. Enenkel, Walter S. Melion (dir.), Jesuit Image Theory, Leyde, Boston, Brill, 2016, p. 74-88.

DENIS Delphine (dir.), L'obscurité. Langage et herméneutique sous l'Ancien Régime, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2007.

DENIS Delphine, Le Parnasse galant. Institution d'une catégorie littéraire au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2001.

DENIS Delphine, « Pour une approche sérielle de l'énigme au XVIIe siècle », in Luc Fraisse (dir.), Séries et variations. Études littéraires offertes à Sylvain Menant, Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2010, p. 109-122.

DIDIER Béatrice, LÉVY-BERTHERAT Déborah, PONNAU Gwenhaël (dir.), La parole énigmatique. Sophocle, Shakespeare, Racine, Ibsen, Paris, SEDES, 1997.

DIDIER Béatrice, « Ce logogriphe immense, cette brillante nébuleuse. Note sur l'image du XVIIIe siècle dans Consuelo », in Hommage à Léon Cellier (1911-1976), Recherches et travaux. Université de Grenoble, U. E. R. de lettres, no 14, 1976, p. 23-29.

DOIRON Normand, « Le style obscur. L'énigme I », Littératures classiques, no 28 1996, p. 211-238 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

DOTOLI Giovanni, « Le “Mercure galant” de Donneau de Visé », in Littérature et société en France au XVIIe siècle, Fasano, Schena ; Paris, Nizet, 1987, p. 229-307.

DOYON Nova, COTNAM Jacques, HÉBERT Pierre (éd.), La Gazette littéraire de Montréal (1778-1779), Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2010.

DUMOUCHEL Suzanne, Le Journal littéraire en France au dix-huitième siècle. Émergence d'une culture virtuelle, Oxford, The Voltaire Foundation, 2016.

DUNDES Alan, GEORGES Robert A., « Toward a Structural Definition of the Riddle », Journal of American Folklore, no 76, 1963, p. 111-118.

DURANTON Henri, « La poésie fugitive dans les Mémoires secrets : une tentative d'approche quantitative », in Christophe Cave (dir.), Le Règne de la critique. L'imaginaire culturel des « Mémoires secrets », Honoré Champion, 2010, p. 241-254.

ESCOLA Marc, « À plumes et à poil : la fable comme énigme », in Stéphane Bikialo, Jacques Dürrenmatt (dir.), L'Énigme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 125-156.

FOLLIARD Melaine, « Les intermittences du nom d'auteur dans les premiers recueils collectifs (1597-1607) », Littératures classiques, no 80, 2013, p. 35-62 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

FREUD Sigmund, Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten [1905]. Der Humor, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1998.

FREUD Sigmund, Le mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient, Marie Bonaparte, Marcel Nathan (trad.), Paris, Librairie Gallimard, 1930.

FRIEDREICH Johannes Baptista, Geschichte des Räthsels, Dresde, 1860 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

GENAND Stéphanie, « Deviner l'énigme du Sphinx ». La trilogie de Beaumarchais, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015.

GIMBUTAS Živilė, The Riddle in the Poem, Dallas, Lanham, Boulder, New-York, Oxford, University Press of America, 2004.

GOYET Francis, « La preuve par l'anagramme. L'anagramme comme lieu propre au genre démonstratif », Poétique, no 46, 1981.

GRAND-CARTERET John, Les almanachs français. Bibliographie – iconographie des almanachs – années – annuaires – calendriers – chansonniers – étrennes – états – heures – listes – livres d'adresses – tableaux – tablettes et autres publications annuelles éditées a Paris. 1600-1895, Paris, J. Alisie et Cie, 1896 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

GREEN Thomas A., PEPICELLO William J., « The Riddle Process », The Journal of American Folklore, vol. 97, no 384, avril-juin 1984, p. 189-203 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

GREILICH Susanne, LÜSEBRINK Hans-Jürgen, MOLLIER Jean-Yves (dir.), Presse et événement : journaux, gazettes, almanachs (XVIIIe-XIXe siècles). Actes du colloque international « La perception de l'événement dans la presse de langue allemande et française » (Université de la Sarre, 12-14 mars 1998), Berne, New-York, Peter Lang, 2000.

GROULIER Jean-François, « Présupposés théologiques et philosophiques dans l'enseignement de l'énigme chez les Jésuites au XVIIe siècle », in Philippe Dujardin (dir.), Le secret, Lyon, Presses universitaires de Lyon ; Paris, Éditions du CNRS, 1987, p. 109-133.

GUITTON Édouard, « Jeu, poésie et jeux poétiques au XVIIIe siècle », in Henri Coulet et al., Le jeu au XVIIIe siècle. Colloque d'Aix-en-Provence (30 avril, 1er et 2 mai 1971), Aix-en-Provence, Édisud, 1976, p. 215-230.

HAIN Mathilde, Rätsel, Stuttgart, J. B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1966.

HARVEY Sara, « Commerces et auctorialités dans les Extraordinaires du Mercure galant », XVIIe siècle, no 270, 2016, p. 81-96.

HARVEY Sara, « Les fins de l'obscurité dans les énigmes du Mercure galant », in Delphine Denis (dir.), L'obscurité. Langage et herméneutique sous l'Ancien Régime, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2007, p. 171-182.

HASSELL James W., Amorous Games. A Critical Edition of Les Adevineaux Amoureux, Austin, Texas University Press, 1974.

HUIZINGA Johan, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu [1938], Paris, Gallimard, 2011.

JOLLES André, Einfache Formen. Legende, Sage, Mythe, Rätsel, Spruch, Kasus, Memorabile, Märchen, Witz [1930], Tübingen, M. Niemeyer, 1982.

JOLLES André, Formes simples, Paris, Éditions du Seuil, 1972.

KÖNGÄS MARANDA Elli, « Structure des énigmes », L'Homme, no 9, juillet-septembre 1969, p. 5-48 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

LECERCLE François, « L'imagination infectée – sémantique énergétique et éthique de la brièveté chez les énigmatistes des XVIe et XVIIe siècles », in Simone Messina (dir.), La forme brève. Actes du colloque franco-polonais, Lyon, 19, 20, 21 septembre 1994, Paris, Honoré Champion ; Fiesole, Cadmo, 1996, p. 153-164.

LILTI Antoine, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

LÉCHOT Timothée, « L'énigme, une clef d'interprétation de l'architecture ? », in Servanne Woodward (dir.), Architec(x)tures, Le monde français du dix-huitième siècle / Eighteenth-Century French World, vol. 4, no 1, 2019 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

LÉCHOT Timothée, « La poésie ludique et les règles de la transgression », in Michèle Crogiez Labarthe (dir.), La règle du jeu, Versants. Revue suisse des littératures romanes, vol. 1, no 65, 2018, p. 81-98 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

LÉCHOT Timothée, « Le “mythe suisse” à l'épreuve des logogriphes », in Séverine Huguenin, Timothée Léchot (dir.), Lectures du Journal helvétique (1732-1782). Actes du colloque de Neuchâtel 6-8 mars 2014, Genève, Éditions Slatkine, 2016, p. 175-201.

LÉCHOT Timothée, « Profils d'un lectorat : enquête sur les signatures d'énigmes du Mercure de France (1724-1778) », à paraître en 2020 dans le Journal for Eighteenth-Century Studies.

LÜSEBRINK Hans-Jürgen, POPKIN Jeremy D. (dir.), Enlightenment, Revolution and the Periodical Press, Oxford, Voltaire Foundation, 2004.

LÜSEBRINK Hans-Jürgen, « L'espace public semi-oral dans les Mémoires secrets », in Jeremy D. Popkin, Bernadette Fort (dir.), The Mémoires Secrets and the Culture of Publicity in Eighteenth-Century France, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, p. 81-92.

MAGNÉ Bernard, REGGIANI Christelle (dir.), Écrire l'énigme, Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2007.

MARCHAL Hugues (éd.), La Poésie, Paris, Flammarion, 2007.

MARTIN Daniel, SERVET Pierre, TOURNON André (dir.), L'énigmatique à la Renaissance : formes, significations, esthétiques. Actes du colloque organisé par l'association Renaissance, Humanisme, Réforme (Lyon, 7-10 septembre 2005), Paris, Honoré Champion, 2008.

MASSOL Chantal, Une poétique de l'énigme. Le récit herméneutique balzacien, Genève, Librairie Droz, 2006.

MASSON Nicole, La poésie fugitive au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2002.

MAY Georges, La perruque de Dom Juan ou du bon usage des énigmes dans la littérature de l'âge classique, Paris, Klincksieck, 1995.

MENANT Sylvain, La chute d'Icare. La crise de la poésie française (1700-1750), Genève, Librairie Droz, 1981.

MOMBERT Sarah, « Consuelo, “logogriphe” du roman historique », in Michèle Hecquet, Christine Planté (dir.), Lectures de Consuelo et La Comtesse de Rudolstadt de George Sand, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2004, p. 133-144 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

MONCOND'HUY Dominique, « L'abbé Cotin, théoricien mondain et praticien de l'énigme au XVIIe siècle », in Stéphane Bikialo, Jacques Dürrenmatt (dir.), L'Énigme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 157-171.

MONTAGU Jennifer, « The Painted Enigma and French Seventeenth-Century Art », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, no 31, 1968, p. 307-335 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

MONTANDON Alain, Les formes brèves, Paris, Éditions Hachette, 1992.

MOUREAU François, Le Mercure galant de Dufresny (1710-1714) ou le journalisme à la mode, Oxford, The Voltaire Foundation, 1982.

MOUREAU François, « Du Mercure galant au Mercure de France : structure et évolution éditoriales (1672-1724) », in Alexis Lévrier, Adeline Wrona (dir.), Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2013, p. 25-47.

NIES Fritz, Genres mineurs. Texte zur Theorie und Geschichte nichtkanonischer Literatur (vom 16. Jahrhundert bis zur Gegenwart), Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1978.

PIOFFET Marie-Christine, SPICA Anne-Élisabeth (dir.), S'exprimer autrement : poétique et enjeux de l'allégorie à l'âge classique, Tübingen, Narr Verlag, 2016.

PIÉJUS Anne, « Poètes et musiciens. Stratégies d'anonymat et de dévoilement dans les poésies en musique du Mercure galant », XVIIe siècle, no 270, 2016, p. 115-132 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

POLIZZI Gilles, « L'énigme au XVIe siècle. Orientations bibliographiques », Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la Réforme et la Renaissance, no 59, 2004, p. 63-72 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

POLIZZI Gilles, « “Blanc est le champ, noir la semence” : l'énigmatique littéraire à la Renaissance », Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, no 59, 2004, p. 49-62 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

REYNAUD Denis, THIROUIN Laurent, « L'esprit du jeu : pourrait-on me le définir ? », Droits, no 63, 2016, p. 69-78.

REYNAUD Denis, « Journalisme d'Ancien Régime et vulgarisation scientifique », in Lise Andries (dir.), Le partage des savoirs (XVIIIe-XIXe siècles), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 121-134.

REYNAUD Denis, « La dernière charade de D'Alembert », communication orale, journée d'étude « D'Alembert et les débuts de l'Encyclopédie », Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, 13 octobre 2016.

REYNAUD Denis, « “Associer le public dans son entreprise” : les premières lettres de lecteurs dans la presse française », Études Épistémè, no 26, 2014 : lien (consulté le 22 octobre 2020).

RIFFATERRE Michael, Sémiotique de la poésie, Jean-Jacques Thomas (trad.), Paris, Éditions du Seuil, 1983.

RIZZONI Nathalie, Charles-François Pannard et l'esthétique du « petit », Oxford, Voltaire Foundation, 2000.

ROCHE Daniel, Le siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, La Haye, École des hautes études en sciences sociales, Mouton et Cie, 1978.

ROHRBACH Hans, « The Logogryph of Euler », Journal für die reine und angewandte Mathematik, no 262-263, 1973, p. 392-399 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

ROSSI Giuseppe Aldo, Enigmistica. Il gioco degli enigmi dagli albori ai giorni nostri, Milan, Ulrico Hoepli, 2001.

ROY Bruno, Devinettes françaises du Moyen Âge, Montréal, Bellarmin ; Paris, Vrin, 1977.

ROY Bruno, « Des devinettes aux énigmes. Les premières séries de Questions énigmatiques », in Daniel Martin, Pierre Servet, André Tournon (dir.), L'énigmatique à la Renaissance : formes, significations, esthétiques. Actes du colloque organisé par l'association Renaissance, Humanisme, Réforme (Lyon, 7-10 septembre 2005), Paris, Honoré Champion, 2008, p. 155-171.

SACHSE Hans, « Goethes “Logogryph” und “Das Tagebuch” », Goethe Yearbook, vol. 2, 1984, p. 117-120 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

SANTI Aldo, Bibliografia della enigmistica, Florence, Edizioni Sansoni Antiquariato, 1952.

SCHUWEY Christophe, Un entrepreneur des lettres au XVIIe siècle. Donneau de Visé, de Molière au Mercure galant, Paris, Classiques Garnier, 2020.

SCHUWEY Christophe, « Le Mercure galant, ou l'écriture collaborative du règne de Louis XIV », Le Verger, bouquet XIII, partie 1, octobre 2018 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

SCHUWEY Christophe, « Le Mercure galant : un recueil interactif », Cahiers du dix-septième siècle, vol. 16, no 1, 2015, p. 48-62 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

SCOTT Charles T., « On Defining the Riddle : The Problem of Structural Unit », Genre, vol. 2, no 2, 1969, p. 129-142.

SELMECI CASTIONI Barbara, « Graver l'actualité au temple de mémoire. La mise en place du programme d'illustration du Mercure galant au tournant de l'année 1678 », Nouvelles de l'estampe, no 52, 2015, p. 54-68 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

SENDEROVICH Savely, The Riddle of the Riddle. A Study of the Folk Riddle's Figurative Nature [2005], Londres, New-York, Routledge, 2016.

SERMET (DE) Joëlle, « La poésie comme jeu », in Éric Benoit (dir.), Littérature et jubilation, Modernités, no 39, 2015, p. 169-184 : lien (consulté le 22 octobre 2020).

SETH Catriona, « Les Muses de l'Almanach : la poésie au féminin dans l'Almanach des Muses, 1789-1819 », in Christine Planté (dir.), Masculin / Féminin dans la poésie et les poétiques du XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2002, p. 105-119.

SGARD Jean (dir.), Dictionnaire des journalistes (1600-1789), Oxford, Voltaire Foundation, 1999. Édition électronique revue, corrigée et augmentée, Anne-Marie Mercier-Faivre, Denis Reynaud (dir.), Lyon, Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités, Maison des sciences de l'homme : lien (consulté le 21 octobre 2020).

SGARD Jean (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789), Paris, Universitas, 1991. Édition électronique revue, corrigée et augmentée, Anne-Marie Mercier-Faivre, Denis Reynaud (dir.), Lyon, Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités, Maison des sciences de l'homme : lien (consulté le 21 octobre 2020).

SPICA Anne-Élisabeth, Symbolique humaniste et emblématique. L'évolution et les genres (1580-1700), Paris, Honoré Champion, 1996.

SPICA Anne-Élisabeth, « Esprit emblématique, esprit aristocratique : éléments pour une réception des usages symboliques en France à la fin du XVIIe siècle à travers les relations du Mercure galant », in Louise Frappier, Claire Latraverse, Marie-France Wagner (dir.), Les jeux de l'échange : entrées solennelles et divertissements du XVe au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 373-414.

SPICA Anne-Élisabeth, « Les jésuites et l'emblématique », XVIIe siècle, no 237, 2007, p. 633-651 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

TAYLOR Archer, A Bibliography of Riddles, Helsinki, Suomalainen tiedeakatemia, Academia scientarum fenniga, 1939.

TAYLOR Archer, English Riddles from Oral Tradition [1951], New-York, Octagon Books, 1977.

TODOROV Tzvetan, « Analyse du discours : l'exemple des devinettes », Journal de psychologie normale et pathologique, no 70, 1973, p. 135-155.

TSIEN Jennifer, « Between Cleverness and Folly : The Enigmas of the Mercure galant », Cahiers du dix-septième. An Interdisciplinary Journal, vol. 9, no 1, 2006, p. 193-218 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

TURNOVSKY Geoffrey, « Les lecteurs du Mercure galant. Trois aperçus », XVIIe siècle, no 270, 2016, p. 65-80 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

VERET-BASTY Elsa, « L'énigme de l'automne de la Renaissance à la Régence : pratiques et poétiques d'un genre ingénieux », thèse de doctorat, Paris, Sorbonne Université, 2018.

VERET-BASTY Elsa, « Étude sérielle de quelques énigmes de la chemise (1638-1678) », in Carine Barbafieri, Alain Montandon (dir.), Sociopoétique du textile à l'âge classique. Du vêtement et de sa représentation à la poétique du texte, Paris, Hermann, 2015, p. 233-251.

VERET-BASTY Elsa, « “Fuyez comme un écueil le style énigmatique !”. Les vices de l'ingéniosité », in Carine Barbafieri, Jean-Yves Vialleton (dir.), Vices de style et défauts esthétiques (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 193-207.

VERET-BASTY Elsa, « “Je ne les devinerais de mille ans”. Formes et fonctions de l'énigme dans les Lettres persanes de Montesquieu », L'information grammaticale, no 139, octobre 2013, p. 3-7.

VERET-BASTY Elsa, « “Être quelque chose comme un auteur” : le statut paradoxal de l'énigmatiste dans le Mercure galant », XVIIe siècle, no 270, 2016, p. 97-114 : lien (consulté le 20 octobre 2020).

VIALA Alain, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu'à la Révolution, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

VINCENT Monique, Le Mercure galant. Présentation de la première revue féminine d'information et de culture 1672-1710, Paris, Honoré Champion, 2005.

VINCENT Monique, Mercure galant. Extraordinaire. Affaires du temps. Table analytique contenant l'inventaire de tous les articles publiés 1672-1710, Paris, Honoré Champion, 1998.

WOLFF Étienne, « La métamorphose d'un genre : de l'épigramme à l'énigme, l'exemple de Symphosius », in Jackie Pigeaud (dir.), Métamorphose(s) : XIIIe entretiens de la Garennes Lemot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 153-164 : lien (consulté le 21 octobre 2020).

ZUMTHOR Paul, Langue, texte, énigme, Paris, Le Seuil, 1975.


Ressources numériques

Le gazetier révolutionnaire, Olivier Bara, Denis Reynaud (dir.), Lyon, Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités, Maison des sciences de l'homme, 2015-2019.

Le gazetier universel, Denis Reynaud (dir.), Lyon, Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités, Maison des sciences de l'homme, 2007-2011.

Mercure galant [programme de recherche et bases de données], Nathalie Berton-Blivet, Anne Piéjus (dir.), Paris, Institut de recherche en muséologie.